Blog


Sur la voie de la transparence

par

Transparence au PNUDL'équipe chargée de la transparence des données au PNUD.

Le PNUD, qui célèbre actuellement son cinquantenaire, a également une autre raison de se féliciter.

Pour la deuxième année de suite, nous avons été classés organisme d’aide le plus transparent par l’organisation Publish What You Fund [Publiez ce que vous financez], une reconnaissance de nos efforts de communication sur nos projets de développement.

Dès notre adhésion à l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IITA)  en 2011, nous nous sommes employés à opérer le changement culturel nécessaire. Près de 170 bureaux de pays qui constituent la principale source de données du Programme, ont inévitablement dû veiller à l’intégration des normes de l’IITA dans leurs activités quotidiennes.

Ce n’a pas été chose facile. Nous avons dû élaborer des directives détaillées et mettre en place des systèmes de recueil et de traitement des données. Nous avons créé un tableau de bord interne par le biais duquel les bureaux de pays exercent un suivi de l’information sur les projets et fournissent les données manquantes.  En 2016, nous avons réalisé des progrès considérables dans la mise en place d’un dispositif intégralement automatisé grâce à l’intégration des éléments de l’IITA dans nos systèmes de gestion.  

Les institutions publiques, telles que les Nations Unies, ont l’obligation de veiller à l’usage optimal des ressources qui leur sont confiées et d’en rendre compte au public. Le secteur du développement œuvre en étroite coordination avec les autorités gouvernementales, les institutions publiques, les organisations privées et les communautés pour mener des activités dans lesquelles ils emploient des ressources financières, managériales et opérationnelles d’une valeur considérable.

L’ouverture au public contribue d’une part à éviter la corruption au stade de la mise en œuvre mais elle permet aussi aux décisionnaires d’analyser les impacts de chaque étape des activités et de prendre des décisions éclairées pour l’avenir.

Il est important par ailleurs que nous commencions à utiliser nos données à des fins d’auto-examen. La production de meilleures données mène à une amélioration de la planification et de la gestion des ressources.

Avec l’accroissement du nombre d’organisations adhérant à l’initiative, les normes de l’IITA ont évolué considérablement ces dernières années. Au PNUD, nous recherchons continuellement à améliorer la qualité et à accroître la quantité de l’information que nous publions. En 2015, grâce aux améliorations de notre tableau de bord pour la documentation et la transparence des projets, nous avons partagé plus d’informations et de documents que jamais auparavant.

Nous nous attachons actuellement avec le Groupe des Nations Unies pour le développement à élaborer un portail transparent qui permettra d’accéder à toutes les données publiées par les Nations Unies. Ceci encouragera les entités de l’Organisation à adhérer de plus en plus nombreuses à l’IITA et mettra en évidence l’effort concerté de transparence de ces entités.

L’instauration de la transparence n’est pas un résultat ponctuel mais un processus continu qui procède de la volonté politique de publier l’information.

Le classement du PNUD en tête de liste pour la deuxième année de suite confirme sa volonté de transparence intégrale mais nous rappelle aussi que la course n’est pas terminée. Avec la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, le besoin d’accès à l’information n’a jamais été aussi grand. Alors que nous tournons nos regards vers le chemin à parcourir, nous sommes déterminés à continuer de donner l’exemple en matière de transparence.  

* Les données les plus récentes sont disponibles sur les sites du registre de l’IITA et open.undp.org.

Abdul Riza Blog Efficacité de l'aide Coopération au développement Initiative pour la transparence de l'aide Transparence aid coordination and effectiveness

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe